Les bases de l’entrainement

Première partie
Renforcer son moral pour être prêt à escalader et à tomber.

Le vol ou la chute

La base fondamentale pour progresser en escalade c’est de Grimper. Progresser en escalade n’est pas de tout repos, c’est laborieux et éprouvant. Un entraînement mal géré peut conduire à l’inverse de l’effet désiré : une baisse de forme, des performances en chute libre, un moral à zéro.


Pour progresser il faut :
– Renforcer le mental pour appréhender le vol, c’est à dire l’apprentissage de la chute en escalade.

La peur de la chute est souvent un frein à la progression. Et ce, pour bien des grimpeurs… Pour qu’elle ne gâche pas votre plaisir de grimper, ni votre évolution dans l’activité, il faut savoir s’y attaquer. Et voler régulièrement. Apprendre à chuter, en salle, dans des situations bien maîtrisées. Ça consiste à tomber volontairement, d’abord en moulinette, puis en tête. Pour ensuite, et très progressivement, pouvoir banaliser cette chute. Et grimper plus libéré. Que ce soit sur mur ou en extérieur.

Toutes ces actions sont nombreuses et complexes à maîtriser. Il est indispensable de scinder ces apprentissages en plusieurs séances afin de stabiliser les acquis et d’y aller étape par étape, sans générer de peurs qui mettront parfois toute une vie pour passer… Il vaut mieux faire une ou deux chutes bien vécues dans une séance que d’en faire trois mal vécues. Visez la qualité de travail.

Avant toute chose

Pour voler ou apprendre à chuter, il faut toujours garder à l’esprit où se trouve votre corde ! Entre le mur et votre corps, mais jamais derrière la jambe, au risque de vous retourner lors d’une chute et de vous cogner dos et tête (risque de trauma crânien) !

  • Méthodologie d’apprentissage
    • Prévenir son assureur
    • Penser à quelque chose que l’on apprécie (une part de gâteau, un lieu, une situation, une musique…). Bref tout ce qui peut vous mettre dans une démarche affective positive ou du moins neutre. Chuter avec la peur au ventre ne fera que renforcer l’association de la chute à votre peur.• Laisser les fesses partir en arrière (pour vous éloigner naturellement de la paroi). Et s’assoir dans le baudrier comme lors d’une descente.
    • Ne pas chercher à se rattraper à quoi que ce soit au passage, en particulier à la dégaine (risque de brulure, arrachement digital, luxation de l’épaule)
    • Ouvrir les yeux et regarder la zone de chute (si le regard est orienté vers le bas, il n’y aura pas de rotation arrière) pour anticiper la zone de réception des pieds (limite le risque d’entorse latérale de la cheville)
    • Ne pas se laisser tomber comme un sac à patate… Rester ACTIF

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *